Partage du travail

Depuis mon entrée sur le marché du travail en 1974 je n'ai cessé de voir la croissance baisser, l'automatisation des tâches sans cesse progresser et le volume d'emplois décroître et maintenant les algorithmes et l’intelligence artificielle commencent à remplacer des emplois intellectuels.

Bref la raréfaction du travail est à l’œuvre, le problème aujourd'hui c'est qu'on détruit plus d'activité nécessitant des hommes que n'en crée l'automatisation (le théorème de Schumpeter de destruction création ne fonctionne plus), pour compenser on peut bien sûr marchandiser des activités que l'on effectue aujourd’hui dans la sphère privée, mais est-ce souhaitable, surtout si comme souvent ce sont des boulots sous payés avec de mauvaises conditions de travail ? Cette énième mutation industrielle est d'une autre nature que les précédentes et se combine avec l'épuisement des ressources de la planète qui ne permet plus une croissance indéfinie.

J'en tire 2 conséquences, il faut partager le travail restant (travailler moins pour travailler tous comme a déjà commencé à le faire le PS avec les lois 35h ) et créer les conditions d'émancipation du travail, le revenu de base peut en constituer une brique fondamentale.

J'ai conscience que modifier la place du travail dans les têtes ne se fera pas en un jour, aujourd'hui nos concitoyens n'ont un sentiment d'utilité sociale que dans le travail marchand mais je pense qu'il faut essayer de changer cette perception pour l'avenir, c'est en tout cas le travail d'éducation que doit mener le parti socialiste pour passer d'une société productiviste à une société du bien être de tous.

Partager cette idée

Montrer 7 réactions

Quel est votre avis sur cette idée ?
  • Pierre Fournier
    a fait un commentaire 2020-05-25 17:25:16 +0200
    Je suis d’autant plus d’accord qu’il faut revaloriser la place du travail dans notre société : la réduction du temps passé à travailler ne doit pas être une démarche pour s’en “libérer” mais doit mettre l’accent sur l’importance de participer/réaliser/entreprendre des actions qui apportent quelque chose de concret à l’individu comme à la société (les 2 aspects devant être nécessairement liés). La semaine de 4 jours est une solution pour revoir le temps passé au travail mais aussi la nature de ce travail, son utilité ainsi que le temps et l’utilité (individuelle et sociétale) des activités hors du temps de travail. Par contre je ne crois pas qu’il soit pertinent, si on veut revaloriser le travail, de donner de l’argent sans contrepartie. Je pense même que cela serait dangereux que des jeunes puissent entrer dans la vie active en pensant qu’ils aient des droits sans qu’ils aient le devoir de montrer leur valeur.
  • Pierre Fournier
    a marqué ceci D'accord 2020-05-25 17:25:16 +0200
  • Antonin Tarnais
    a fait un commentaire 2020-05-25 16:24:22 +0200
    La première ministre de Nouvelle Zélande n’hésite pas à mettre sur la table la semaine de 4 jours. Hélas en France ce débat aura du mal à émerger, avec un pouvoir rallié au dogme libéral et un MEDEF qui voudrait augmenter la durée du travail. Il faudrait en tout cas que ce débat ait lieu lors de l’élaboration d’un programme en vue d’une alternance
  • Antonin Tarnais
    a marqué ceci D'accord 2020-05-25 16:24:22 +0200
  • Jean-Marc Heiser
    a marqué ceci D'accord 2020-05-25 07:13:38 +0200
  • Philippe Bichon
    a marqué ceci D'accord 2020-05-24 20:12:10 +0200
  • Philippe Bichon
    a publié cette page sur À vous la parole ! 2020-05-24 20:11:45 +0200