L’Europe d’après sera probablement pire que celle d’avant

Comme le dit le Ministre des Affaires Etrangères en France, Jean Yves Le Drian « le risque c’est que le Monde d’après ressemble au Monde d’avant, mais en pire ! ». Qu’on parle du Monde, de l’Europe ou de la France, cette inquiétude est la même. Rien ne prouve qu’on va pouvoir « profiter » de cette crise pour résoudre le défi climatique, les problèmes sociaux, les inégalités de notre société. Bien au contraire, on entend déjà des voix disant qu’il faut « alléger » les normes européennes, les conditions d’obtention de subsides de l’Etat, les ambitions sur le Climat si l’on veut sortir de la crise. On ne peut pas sauver la société et résoudre tous les problèmes en même temps. Et c’est là la difficulté de la situation. Pourtant, il faut éviter à tout prix de faire comme en 2008 au cours de la crise financière de redonner de l’argent aux banques et de se dépêcher de retrouver la croissance avec tous les inconvénients que cela suppose. Dans ce présent « papier » nous nous contenterons de rassembler quelques expériences et réflexions sur la facon dont différents pays du Nord de l’Europe, le Danemark principalement, ont essayé de « résister » à la crise et en particulier, comment ils ont essayé d’en sortir progressivement.

Partager cette idée

Montrer 6 réactions

Quel est votre avis sur cette idée ?
  • Boris Desbureaux
    a marqué ceci D'accord 2020-04-28 15:33:17 +0200
  • Jean-Marc Heiser
    a marqué ceci D'accord 2020-04-26 07:14:12 +0200
  • Nadia Huberson
    a marqué ceci D'accord 2020-04-25 18:09:02 +0200
  • Christian Puech
    a fait un commentaire 2020-04-25 17:37:59 +0200
    Dommage que Le Drian, parfait notable cynique; soit cité. C’est un vestige de la pensée socialiste
  • Luc de Visme
    a marqué ceci D'accord 2020-04-25 17:37:50 +0200
  • Luc de Visme
    a publié cette page sur À vous la parole ! 2020-04-25 15:04:46 +0200