Changer de gouvernance

La gestion de cette crise montre les limites d'un système technocrate : elle a montré le paroxisme d'un modèle où il y a les sachant d'un côté et les autres de l'autre côté. Mais les différentes réactions des citoyens montrent qu'une décision ne peut être prise sans leur assentiment même si les décisions sont pour leur bien. La pédagogie n'est alors pas d'expliquer et réexpliquer le pourquoi du comment. La pédagogie consiste à travailler ensemble, s'écouter et prendre en compte ce qui est dit pour prendre les décisions les plus appropriés. Il n'y a pas une vérité ni même une réponse. Rien ne sera plus juste que si elle est partagée et défendu par un plus grand nombre. La France à un réseau de corps intermédiaire qui sont des lieux où l'on peut trouver les relais mais aussi les personnes qui s'investissent dans la société en particulier les parties et les syndicats. Les réseaux sociaux privatifs sont aussi des lieux d'échange qui permettent relayer mais aussi de confronter des avis, touchant moins les corps intermédiaires que les simples citoyens. Le coronavirus a été l'occasion de discuter à distance.

Partager cette idée

Montrer 4 réactions

Quel est votre avis sur cette idée ?
  • Véronique Ezratty
    a fait un commentaire 2020-06-06 09:52:01 +0200
    Absolument d’accord,
    Le changement de gouvernance doit atteindre le plus haut niveau de l’état, en particulier en redonnant le pouvoir aux députés qui aujourd’hui à cause du trop grand pouvoir du président sont réduits à un rôle de presse bouton. La connaissance est sur le terrain pas chez des personnes hors-sol des bureaux de l’Elysée.
  • Véronique Ezratty
    a marqué ceci D'accord 2020-06-06 09:52:01 +0200
  • christiane nougaret
    a marqué ceci D'accord 2020-04-22 08:33:08 +0200
  • Bertrand Lebot
    a publié cette page sur À vous la parole ! 2020-04-21 22:52:04 +0200