POUR UNE REPUBLIQUE PARLEMENTAIRE ET SOCIALE

Nous avons célébré ce beau régime bonapartiste légué par de Gaulle. Celui ci pouvait fonctionner quand il y avait au pouvoir des hommes politiques qui avaient le sens des "communs", parmi lesquels il y a la chose publique. Aujourd'hui, faute d'une opposition,toutes les structures conçues dans l'intérêt général sont amenées à intégrer le marché. Certaines choses ne sont pas monnayables: ce que les générations avant nous ont financé par leur impôt appartiennent à la Nation. Pour de multiples raisons, je souhaite la fin du régime présidentiel. Reprenons le chantier laissé par la Gauche de 1945-1946,- puisque tout le monde se souvient de cet héritage!-Militons pour un régime parlementaire en supprimant le double exécutif (nous n'avons pas besoin de deux rois!). Introduisons un peu de proportionnel dans l'Assemblée pour que tous soient représentés et comme les Allemands d'aujourd'hui, optons pour des gouvernements de coalition. Rétablissons non pas le cumul des mandats, mais une forme de "cursus honorum de terrain" avant d'être parlementaire pour avoir une expertise-et notamment de gestionnaire de crise-. Revenons à Tocqueville qui dénonçait la "tyrannie de la majorité" et proposait des lieux de démocratie de proximité : introduisons des instances de co gestion-élues et non cooptées car ce sera ouvrir la porte aux petits camarades. Ces instances ( associations mais pas que car gare au business associatif) auraient pour mission d'apporter des informations aux députés et pourquoi pas de vérifier les dépenses du ROi: quand tous les Français sont pressurés, je ne comprends pas que les dépenses de l'Elysée soient sans contrôle.Nous ne sommes plus à Versailles et pipeau pour ceux qui déclament la nécessité de montrer le savoir vivre de la France: on peut imaginer d'autres moments et d'autres moyens mais il faut en finir avec une cour royale. Pour ce qui est du Sénat, il a réussi dans ce contexte à montrer qu'il peut être un contre pouvoir. Pourra -il l'exercer en cas de domination de la majorité dans les deux Chambres Renforçons leur contre pouvoir! La position récente du Sénat prouve s'il en est besoin qu'il est bon de n'être pas tous de la même couleur : le débat démocratique suppose le dissensus pour arriver un consensus? Dernière proposition qui mériterait un long chapitre : tout travail mérite reconnaissance : peut on considérer qu'un salaire de survie soit le signe d'une reconnaissance de votre contribution au fonctionnement de la société? Les Work House, cela vous parle?

Partager cette idée

Montrer 1 réaction

Quel est votre avis sur cette idée ?