Priorité à l'éducation

1. Hygiène et sécurité dans tous les établissements scolaires: Tenue d'une CHS trimestrielle obligatoire dans tous les EPLE et écoles primaires avec contrôle strict de la mise à jour de tous les documents officiels obligatoires ( DUERP, document unique etc...) 2. Choix budgétaires: redonnez davantage de moyens humains et financiers aux établissements difficiles, en commençant par remettre les lycées concernés en REP. 3. Pédagogie et orientation: la lutte contre l'échec scolaire passe par un véritable travail d'orientation avec plus de moyens humains et matériels donc la réouverture des CIO mais aussi la valorisation des filières technologiques et scientifiques pour les jeunes filles, la valorisation des filières professionnelles d'excellence ( joaillerie, métiers du cinéma et du théâtre, métiers de bouche, métiers de la mode etc..) Permettre à davantage d'élèves issus de quartiers défavorisés l'accès aux grandes écoles. Moins de classes surchargées dans les établissements difficiles et davantage de projets artistiques, culturelles, linguistiques, sportifs et européens. Impliquer davantage les parents dans la scolarité de leurs enfants en permettant aux représentants de parents d'élèves d'avoir une permanence dans chaque établissement. 4. Formation et statut des enseignants: Abroger le décret de rupture conventionnelle en vigueur depuis l'été 2019 qui casse le statut même du fonctionnariat, aucune consultation avec les partenaires sociaux, ce décret est passé en catimini durant la période des congés d'été. Maintenir le principe de concours nationaux. L'agrégation ou toute autre fonction sur liste d'aptitude doit être plus juste avec davantage de transparence. Les carrières longues doivent être mises en avant en particulier dans les établissements difficiles pour les listes d'aptitude. Titularisation automatique ( et non un CDI) de tous les contractuels au bout de 5 ans d'exercice ininterrompu ou pas. Les anciens n'ayant pas connu le système LMD pourront valider un master 2 gratuitement en fournissant un écrit détaillé relatant leurs nombreuses années d'expérience s'ils le souhaitent. 5. Revalorisation du métier d'enseignant: dégel du point d'indice pour une augmentation de salaire digne. Décharger les enseignants des missions qu'ils n'ont pas à accomplir en créant davantage de postes de psy-en, d'assistantes sociales, de AED, d'infirmières scolaires, d'informaticiens pour l'entretien des outils numériques... Que cessent également les suppressions de postes dans les zones difficiles. Un soutien scolaire systématique pour les élèves en difficulté pris en charge uniquement par des enseignants avec une rémunération à la hauteur de leur travail et sur la base du volontariat. Liberté pédagogique respectée et la fin du flicage des personnels de direction avec l'utilisation des outils numériques. Permettre aux enseignants ayant au moins 10 ans d'ancienneté d'accompagner les jeunes entrants sur la base du volontariat et en toute transparence avec leur service d'inspection. Ces derniers pourront obtenir la qualification d'enseignant formateur professionnalisé. 6. La fin de la précarité pour des millions de salariés: l'éducation nationale compte un nombre considérable de statuts précaires ( AED, assistants pédagogiques etc..), ces salariés doivent bénéficier durant le temps de leur contrat d'une véritable protection juridique. Bien souvent considérés comme des agents à tout faire, leurs emplois du temps ne leur permettent pas d'étudier ou de se consacrer à un projet professionnel solide. Ils doivent pouvoir bénéficier de plus de temps pour la préparation d'un examen. Ils doivent dépendre du rectorat pour leur contrat de travail et non du bon vouloir du chef d'établissement, idem pour les enseignants contractuels. Le traitement des enseignants contractuels et des personnels précaires restent à ce jour stressant et infantilisant.

Partager cette idée

Montrer 4 réactions

Quel est votre avis sur cette idée ?
  • raymond duvivier
    a fait un commentaire 2020-05-08 14:21:52 +0200
    Les solutions ne peuvent se trouver seulement au sein de l’école. L’école ne peut pas, par exemple ,compenser les dégâts provoqués par le chômage des parents.
  • raymond duvivier
    a marqué ceci Mitigé 2020-05-08 14:21:51 +0200
  • Jean-Marc Heiser
    a marqué ceci D'accord 2020-05-04 07:00:48 +0200
  • Kabli Afaf
    a publié cette page sur À vous la parole ! 2020-05-03 05:04:56 +0200