Relocalisation de notre industrie et technologie

La mondialisation est très mauvaise quand elle est incontrôlée, elle est très néfaste. La France le paie cher. L’industrie y représentait 25 % du PIB à la fin des années 70, elle représente maintenant à peine 10 %. La moyenne européenne est à 20 %, l’Allemagne est à 27 %... La promotion récente du Made In France, outre son succès de communication, ne parvient pas à réellement changer la donne sûrement le coût par rapport aux produits chinois ou des pays émergents. La crise du Coronavirus, doit nous faire réfléchir sur la nécessité de "relocaliser l’industrie". Cette réorientation doit être une vraie stratégie afin de limiter la dépendance française et européenne. Il cite trois secteurs sensibles : les médicaments (dont 90 % des principes actifs sont produits hors de l’Union européenne), l’automobile électrique (pour laquelle l’Europe commence à peine à déployer des usines), ou encore l’aéronautique (dont l’essentiel des fournisseurs est en Chine)… À cela il faut rajouter deux technologies importantes, l’électronique et l’informatique. La souveraineté technologique et industrielle est un prérequis à la souveraineté politique. Alors que cette relocalisation était une question de choix jusqu’alors, le coronavirus en fait une obligation. Le risque épidémique, qui va s’accentuer à l’avenir, tout comme le risque climatique, devient un risque physique pour la survie des entreprises trop dépendantes de chaines d’approvisionnement lointaines qu’en réalité elles ne maîtrisent plus vraiment. Mais attention, l faudra veiller que les emplois qui en découleront soit des emplois dignes

Partager cette idée

Montrer 4 réactions

Quel est votre avis sur cette idée ?
  • Christian Puech
    a marqué ceci D'accord 2020-05-02 10:22:55 +0200
  • Françoise Goutant-Greffe
    a fait un commentaire 2020-04-27 16:56:38 +0200
    Relocaliser les activités industrielles, un impératif de bon sens.
    Associer cet objectif à d’autres:
    1) instaurer une économie ancrée dans les territoires
    2) localiser de nouvelles sources d’énergie et de production adaptées à l’environnement
    3) réimplanter, redévelopper activités et services de proximité qu’elles ou qu’ils soient de santé, d’éducation (dans certaines zones rurales en Drôme par exemple, vous n’avez aucune école à 30km à la ronde!) ou de commerce, recréer à terme un tissu social qui n’existe plus dans certains territoires
    4) s’inscrire dans une mondialisation maîtrisée par exemple adapter nos échanges et transports de marchandises, coût et moyens en tenant compte de leur impact environnemental
  • Françoise Goutant-Greffe
    a marqué ceci D'accord 2020-04-27 16:56:38 +0200
  • Laurent Nadal
    a publié cette page sur À vous la parole ! 2020-04-26 20:20:07 +0200