Contribution de PIERRE-ÉTIENNE BOUCHET

Le rôle de notre parti doit être de tirer les enseignements de cette grave crise sanitaire qui touche la France depuis le 29 février 2020. Tirer les enseignements mais aussi et surtout prendre des initiatives pour protéger sur le plan social, les françaises et les français qu'ils soient actifs ou retraités. Passé la crise donc disons début 2021 (car l'hiver peut voir revenir le virus), il ne faut pas que le télétravail devienne le principe de base notamment pour les millions d'emplois administratifs du privé comme du public. Les personnels peuvent être inciter à télé-travailler ce qui facilitera parfois la garde d'enfants et donc l'économie d'argent pour les couples et les foyers monoparentaux. Cela doit n'être qu'un encouragement, pas une obligation, car les emplois de gardes d'enfants en seraient fortement impactés. Par ailleurs, les entreprises seront friandes de ne plus avoir à rembourser 50% du coût des trajets domicile-travail, certes, les employés dépenseraient ainsi moins de frais de transports, mais cela aurait (si cette mesure était imposée) un impact sur la santé mentale des salariés qui ont pour certain besoin de rejoindre leurs collègues au travail pour leur vie "sociale". Ne pas à se sentir seul voire isolé socialement chez soi est important. Dans la France d'après, il sera important de laisser les protections en plexiglass devant les caisses des super et hypermarchés, pour protéger les hôtesses et hôtes de caisses. Non seulement, cela les protégera de ce virus mais aussi d'autres pathologies infectieuses transmises via l'appareil respiratoire. Notre parti devrait s'inspirer de ce désastre sanitaire pour proposer la relocalisation de la protection des EPI (Équipements de Protection Individuelle). La France doit produire un stock suffisant de masques, blouses, surblouses, charlottes, gants, surchausses => (ce dernier équipement que pour les personnels soignants, car la population générale n'en n'a pas besoin). En effet, cette crise sanitaire l'a bien montré. Si la pandémie part du principal pays producteur de masques au monde, les autres nations ne peuvent être approvisionnées en masques et donc être équipées. Produire suffisamment de masques, c'est permettre à la population de se protéger y compris de la grippe saisonnière lorsqu'elle sévit. CONCLUSION: Savoir anticiper, garder le bon sens, protéger socialement les personnels des entreprises publiques comme privées est savoir faire preuve d'intelligence pour qu'à l'avenir ce type de situation ne se reproduise pas et ne laisse pas de longues semaines, les personnes et les professionnels de santé et du secteur paramédical sans "armes" face à ce réel danger sanitaire. PIERRE-ÉTIENNE BOUCHET Secrétaire fédéral PS Oise / secrétaire de section PS du canton de Chantilly

Partager cette idée

Montrer 1 réaction

Quel est votre avis sur cette idée ?