LA FRANCE D'APRÈS

Bonsoir à toutes et à tous,

Sortir du coronavirus dans le calme, et penser à l’organisation d’un nouveau monde avec plus de justice sociale. Cent fois sur le métier, remettre l’ouvrage ?...Oui, mais cette fois-ci, peut-être que nos idées pourront davantage entendues par le plus grand nombre, compte tenu de la prise de conscience, d’abord par le Président de la République  lui-même: n’a-t-il pas déclaré dans son discours précédant les élections municipales du 15 mars, faisant allusion aux besoins essentiels, qu’il ne fallait pas oublier l’état providence et que la loi du marché n’était pas une fin en soi ? Toutefois, si nous n’y prenons garde, une fois les difficultés actuelles surmontées, le pouvoir de l’argent reprendra sa place…

- 1 - Définir les biens essentiels indispensables à la nation et à l’Europe : eau, air, santé,….

- 2 - Mettre en place une stratégie pour assurer ces biens en toute circonstance.

- 3 - Mettre en œuvre les moyens pour atteindre ces objectifs :

. Ces moyens sont à mettre en œuvre au niveau de l’Europe. Mais compte tenu qu’il est impossible de se mettre tous d’accord pour agir en fonction d’objectifs communs, agissons avec ceux qui partagent nos objectifs, même si cela doit faire une Europe à deux vitesses. Cela servira d’exemple ou de moteur. 

- Cette façon de procéder est particulièrement nécessaire dans le vaste domaine de l’écologie, où, par exemple nous ne pouvons imposer des règles qui causeraient des distorsions de concurrence pour les agriculteurs. Par exemple si trois pays sont d’accord pour avancer sur le domaine des pesticides, ces trois pays se regroupent, et on rétablit la règle de la « préférence communautaire » : ces trois pays achètent d’abord les produits de leurs agriculteurs, et à des prix rémunérateurs garantis. Ces trois pays n’achètent en dehors qu’en cas d’insuffisance de la production des trois pays. Inversement, on exporte la surproduction éventuelle  au prix du cours mondial, peut-être à perte, mais on assume….Il faut essayer de trouver une adéquation aux besoins des trois pays…

Les gens sont prêts à admettre des objectifs simples et essentiels, comme les besoins en eau, air, santé….mais encore faut-il leur expliquer clairement : aujourd’hui,  à cause de la crise du coronavirus, tout le monde est en mesure de comprendre que ces besoins sont essentiels et qu’il faut prendre des mesures pour les garantir. Encore faut-il que cela soit bien présenté, simplement et de façon logique.

La gauche, et tous ceux qui veulent partager ces objectifs de justice sociale et économique, pourraient se regrouper sous le drapeau d’une Union pour la Démocratie Sociale, Ecologique et Economique.

Bon courage.

Daniel EPAILLARD

Partager cette idée

Soyez le premier à commenter

Quel est votre avis sur cette idée ?