POUR UNE POLITIQUE DES REFUGIES PLUS RESPECTUEUSE

Les réfugiés et les demandeurs d'asile ont un passé terrible, que nous devons admettre. La France devrait être fière d'avoir été choisie, par ces personnes. Nous devons leur accorder davantage de dignité. Ce que nous voyons durant cette crise, à leur égard, est inacceptable. Je propose que les réponses, quant à l'asile, ou aux titres, soient délivrées dans un délai maximum de 4 mois, et que même sans titre, ils soient autorisés à travailler un certain nombre d'heures par semaine, suivant les besoins locaux. Pour parvenir à ce délai, je souhaite davantage d'effectif au sein des services dédiées, avec la prise en compte des bénévoles oeuvrant au sein d'associations d'aides aux réfugiés et des employeurs potentiels. Arrêtons de penser qu'en chiffres, mais pensons à l'humain. Je souhaite aussi la fin des centres de rétention, dignes d'un autre temps. A la place, l'Etat peut réquisitionner, contre dédommagements, des chambres d'hôtels. Les familles ne doivent pas être éparpillées. Les acteurs locaux devraient aussi pouvoir être entendus et écoutés.

Partager cette idée

Montrer 13 réactions

Quel est votre avis sur cette idée ?
  • christophe chastenet
    a fait un commentaire 2020-06-22 16:56:46 +0200
    je suis contre , quitte a passer pour un connard , je comprend que certain pays soit difficile a vivre , cela dit je comprend aussi que c’est parfois souvent le cas aussi en France , je comprend que ces personnes ai des besoin lors de leurs arriver en France , mais je ne ressent aucune fierté a les recevoir , en l’état ils n’apportent rien aux pays , par contre je suis surtout absolument et infiniment contre le fait qu’ils soient prioritaire sur l’emploie et le logement , celles et ceux qui était la avant devraient l’être , ou un minimum que personne ne soient prioritaire , mais pas que les migrant soient prioritaire , cela est injuste vis a vis des français et françaises qui était la avant et respectaient la lois de France , car oui il ne faut pas l’oublier , mais un immigrer est par conséquence un hors la lois car il vient de façon illégale dans le pays , celles et ceux qui respectent les valeurs et la lois du pays devraient en être prioritaire ou a la rigueur a égale mais pas inférieur , et surtout n’oublions pas la massive quantité de sans emploie et de sans abris français qui respecte la lois française qui sont actuellement en France , ils et elles sont sensé être notre priorité , avant de regarder la misère dans le monde , regardons celles devant nos yeux
  • christophe chastenet
    a marqué ceci Pas d'accord 2020-06-22 16:56:46 +0200
  • Sandrine Albinet
    a fait un commentaire 2020-05-26 12:44:24 +0200
    Je suis tout à fait d’accord avec cette proposition. Les réfugiés souffrent déjà assez comme ça. Ils prennent de gros risques en traversant des mers, des océans. Ils n’ont pas à subir toute cette problématique. La terre appartient à tout le monde. Où plutôt, nous sommes tous locataire s de cette belle planète. Tout être humain doit pouvoir y vivre dignement.
  • Sandrine Albinet
    a marqué ceci D'accord 2020-05-26 12:44:24 +0200
  • Nicole Joste
    a marqué ceci D'accord 2020-05-22 15:40:09 +0200
  • Boris Desbureaux
    a marqué ceci D'accord 2020-05-20 11:21:44 +0200
  • jeanine Sarkissian
    a fait un commentaire 2020-05-17 18:04:26 +0200
    OK délai 4 mois, autorisation de travail, plus d’effectifs et prise en compte des bénévoles
    Par contre d’accord pour la fin des centres de rétention mais il me paraît difficile de prévoir des
    dédommagements en chambres d’hôtels qui reviennent très chers. Pourquoi ne pas envisager que les CADA continuent de les accueillir ou prévoir lnh’ébergement en logements si le secteur n’est pas en tension.
  • jeanine Sarkissian
    a marqué ceci Mitigé 2020-05-17 18:04:25 +0200
  • Frédéric Chevreux
    a fait un commentaire 2020-05-16 14:42:48 +0200
    Ce sujet où s’affrontent depuis des années les points de vue largement xénophobes et les points de vue davantage condescendants et/ou moralisateurs devient particulièrement inextricable.
    Habitant de Clichy-sous-Bois, je sais où sont installé.e.s les réfugié.e.s qui ont quitté.e.s , sinon évité.e.s les camps de rétention.
    Je sais également qui sont celles et ceux qui appellent par la parole à soutenir ces personnes précaires, mais qui, par les actes, ne sont le plus souvent absents du terrain, et donc inactifs dans les faits.
    Les réfugié.e.s ne choisissent pas la France pour son histoire et son humanité, mais pour les services publiques que d’autres pays européens ne proposent pas. Arrêtons d’éluder cette réalité de peur d’être mal jugé ! Le mensonge ou l’hypocrisie est encore affligeante et n’apporte aucune réponse concrète.
    Aujourd’hui, les Restos du cœur, Les petits frères des pauvres, le Secours populaire, et toutes ces associations bénévoles moins connues mais tout aussi importantes, se sont largement substitués aux pouvoirs publics qui ne parviennent plus (ou probablement jamais) à faire face à cette situation des réfugié.e.s.
    Ce sont essentiellement les subsides de Français.e.s bénévoles et/ou généreux(-ses) qui permettent à ces organisations associatives de fonctionner efficacement. Parmi ces bénévoles, nous n’y retrouvons que très exceptionnellement des personnalités politiques qui scandent assez facilement des messages consistant à se préoccuper (un jour ?) des réfugiés… Et se préoccuper des réfugié.e.s ne se réduit certainement et seulement pas à les accueillir sur notre territoire et leur proposer un toit qui n’existe pas. Le problème est politique et européen.
  • Frédéric Chevreux
    a marqué ceci Pas d'accord 2020-05-16 14:42:47 +0200
  • Pierre Smadja
    a fait un commentaire 2020-05-16 11:54:23 +0200
    D’accord pour cette proposition. Je pousse vers la possibilité de travailler dès l’arrivée en France ce qui serait pour l’ensemble de l’économie
  • Pierre Smadja
    a marqué ceci D'accord 2020-05-16 11:54:23 +0200
  • Didier Quet
    a publié cette page sur À vous la parole ! 2020-04-19 12:49:22 +0200