Solidaires dans la crise !

La Ligue de l'Enseignement ou le confinement pédagogique

La continuité pédagogique est une problématique qui touche plusieurs millions d'élèves dans la France confinée. Ce sont, comme toujours, souvent les plus défavorisés qui rencontrent le plus de difficultés dans le suivi des enseignements, malgré l'engagement des professeur.e.s du pays.  Pour faciliter ce processus de pédagogie et d'apprentissage à distance, la Ligue de l'Enseignement qui regroupe 30 000 associations locales dans 24 000 communes veut rassembler les propositions et les initiatives de toute la société. Un seul objectif : limiter la montée de l'isolement et des inégalités des enfants confinés. La plateforme propose ainsi plusieurs activités pour les parents, les enseignants, les enfants, mais aussi les associations. Vous pouvez les aider en proposant vos propres initiatives.

La Seine-Saint-Denis mobilise un internat pour accueillir des enfants malades du Covid-19

Depuis le début du mois d'avril, l'internat du Collège international de Noisy-le-Grand, qui a fermé ses portes depuis le confinement, héberge des enfants ayant contracté le Covid-19. Une décision inédite prise par le président socialiste du Conseil départemental Stéphane Troussel, qui vise à réduire la propagation du virus. Sous la direction de l'Aide social à l'enfance, un personnel uniquement volontaire s'y relaie 24 heures sur 24 pour s'occuper des jeunes patients. Pour plus d'informations : https://www.francebleu.fr/infos/education/coronavirus-un-internat-de-college-pour-des-enfants-porteurs-du-virus-ouvre-en-seine-saint-denis-1585835242

Un plan d'urgences sociales en Haute-Garonne

Le Conseil départemental de la Haute-Garonne a décidé de mettre en place un plan d'urgences sociales pour faire face au coronavirus. Une mesure à 27,6 millions d'euros, qui vise à aider les plus fragiles, mais aussi protéger l'économie locale en aidant les entreprises et les travailleurs du département. Un plan qui prévoit également de verser une prime de 500 euros aux conjoint.e.s non salarié.e.s, de créer un fonds de 2 millions d'euros pour les associations, mais aussi le lancement d'un dialogue avec les citoyen.ne.s de la Haute-Garonne, pour préparer au mieux la suite.  "Ce défi du monde d’après, le Conseil départemental le relèvera en associant l’ensemble des Haut-Garonnaises et des Haut-Garonnais dans un grand dialogue citoyen" a écrit Georges Méric, le président socialiste du Conseil départemental de la Haute-Garonne.  Retrouvez ici plus d'informations sue le plan d'urgences sociales du Conseil départemental de la Haute-Garonne.

La continuité des services publics : l'exemple de Cherbourg-en-Contentin

La ville ce Cherbourg-en-Contentin fait figure d'exemple dans sa gestion de la crise du coronavirus. Anticipant la décision de l'Académie de Médecine recommandant le port du masque pour tout le monde, elle a commandé des masques auprès d'une entreprise française référencée par la direction générale de l'armement, de telle sorte qu'un maximum de Cherbourgeois.es soient protégés d'ici le 11 mai. La ville a aussi prêté près de 50 tablettes électroniques pour ses enfants n'ayant pas d'accès aux ressources informatiques nécessaires pour suivre les cours à distance.   Retrouvez ici l'ensemble des services disponibles à Cherbourg-en-Contentin.   

Grigny : une épicerie solidaire combat l'isolement et la précarité

À Grigny en Essonne, une épicerie solidaire a pris le relai de la solidarité. Car avec le confinement, les associations comme le Secours Populaire doivent limiter leurs interventions, les personnes en situation de précarité ou d'isolement ont besoin que ce soutien perdure malgré tout. Dans cette commune où quatre habitants sur cinq vivent dans un logement social, cette initiative est une bouffée d'air qui rassemble aujourd'hui une cinquantaine de bénévoles, et permet de livrer une centaine de colis alimentaires par jour.  Retrouvez plus d'informations sur FranceInfo : https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/a-grigny-des-benevoles-livrent-plus-de-100-colis-alimentaires-par-jour-aux-habitants-les-plus-defavorises-durant-le-confinement_3927517.html

En Bretagne une association pour aider les étudiants confinés

Les étudiant.e.s sont très exposé.e.s à la précarité, qui peut se renforcer dans cette crise sanitaire. Soucieuse de la continuité de leurs études, et du maintien de leurs conditions de vie, l'association bretonne Droits des Étudiant.e.s a lancé la plateforme SOS-Etudiants.fr pour récolter les problèmes qu'ils peuvent avoir rencontrés, afin d'en avertir les pouvoirs publics. Une initiative qui doit permettre aux étudiant.e.s de faire savoir quelles aides et mesures ils doivent recevoir. Si vous êtes un.e étudiant.e breton.ne, vous pouvez remplir ce questionnaire pour aider cette association.  Plus d'informations sur leur site : http://sos-etudiants.fr/

Tulle : les couturier.e.s solidaires à la recherche de matériel

Dans la ville de Tulle, un collectif de couturier.e.s solidaires s'est mobilisé pour confectionner des masques réutilisables à destination de celles et ceux qui travaillent : médecins, infirmiers, commerçants ... Une belle initiative, mais qui a maintenant besoin de plus de ressources pour continuer à protéger ceux qui nous protègent.  Il est ainsi possible de déposer du tissu au CCAS de Tulle, mais aussi de faire des dons.  Plus d'informations sur le site de l'agglomération tulliste : http://www.agglo-tulle.fr/actualites/de-fil-en-aiguille   

Libourne : une cellule psychologique mise en place par la mairie

La crise sanitaire que le pays traverse a un versant psychologique. Pour beaucoup d'entre nous, le confinement, et les informations à propos de l'épidémie sont des sources majeures de troubles psychologiques. La mairie de Libourne a ainsi réagi en mobilisant deux psychologues, disponibles par téléphone au 06 80 50 99 71. L'idée est aussi de désengorger le 15 et le 17, les services du Samu et de la police étant déjà mobilisés contre la maladie.   

La mairie de Lille protège les sans-abri

La maire de Lille Martine Aubry a décidé d'ouvrir une auberge de jeunesse pour y accueillir les personnes sans-abri de la ville. Une décision prise dès le début du confinement et qui témoigne de la nécessité de protéger les plus fragiles dans cette crise sanitaire. Les personnes sans domicile fixe, bien plus exposés aux risques sanitaires en temps normal, ont besoin d'encore plus de soutien face au coronavirus. La mairie a ainsi également distribué du matériel de protection : masques, gel hydroalcoolique, mais aussi nourriture, Martine Aubry ayant annoncé ce 18 avril que des paniers alimentaires seraient mis à la dispositions des foyers bénéficiant d'ordinaire d'un tarif réduit à un euro le repas dans les cantines scolaires.  Plus d'informations sur les actions de la mairie de Lille : https://actu.fr/hauts-de-france/lille_59350/coronavirus-sdf-mairie-lille-met-lauberge-jeunesse-disposition_32418156.html